Les architectes d’intérieur des artistes inconnus

Aujourd’hui chez NeoStyle on souhaitait faire un tour d’horizon des architectes d’intérieurs anciens et contemporains. Actuellement l’architecture est une discipline de premier plan avec des architectes tels que Frank Gehry et Zaha Hadid. Pourtant, qu’en est-il de ces architectes de l’inconnu, de ces personnes qui créent ce qui touchera le plus les habitants ? On oublie souvent que l’architecture n’est pas qu’une enveloppe et qu’un travail sur l’installation intérieure est aussi nécessaire avant de pouvoir s’y sentir comme chez soi.

Danielle Moudaber

C’est sous les traits d’une femme magnifique que se cache la talentueuse architecte d’intérieur Danielle Moudaber. Elle fit sa place dans une maison du sud de Kensington à Londres ; cet endroit, constitué autrefois de deux appartements, fut repris par l’architecte d’intérieur pour y concevoir un mini palace, entre rococo, Alice au pays des merveilles et minimalisme contemporain. Complexe n’est-ce pas ? Pourtant ce mélange difficile fut réussi et, assez étonnamment plutôt agréable  à regarder. Evitant la démesure du rococo et la froideur du minimalisme, elle réussit à créer un cocktail pétillant et amusant.

 The-London-Flat-of-Interior-Designer-Danielle-Moudaber-1-photo-by-ShootfactoryThe-London-Flat-of-Interior-Designer-Danielle-Moudaber-7-photo-by-Sunna-Marc-van-PraagThe-London-Flat-of-Interior-Designer-Danielle-Moudaber-8-photo-by-Shootfactory

Eva Maddox chez Perkins + Will

Tout autre univers créé à l’université du Michigan,  dans un espace simple et géométrique : un chemin de simples lattes de bois se dessine pour amener les étudiants vers les laboratoires. Aux portes, des espaces ont été astucieusement laissés pour faire apparaître les numéros des salles. Au travers des différents travaux de Maddox, on découvre des espaces synthétiques, s’ajustant généralement dans des espaces publics et non privés comme on pouvait le voir pour Danielle Moudaber. Créant opposition entre matière et couleur, l’architecte met en avant soit les espaces de circulation ou les espaces de repos, évitant au lieu de devenir monotone.

Haworth_HQ_entrance_main1

Clive Wilkinson

Dans un univers très lointain, on découvre Clive Wilkinson. Entre technologie et organique, l’intérieur de Wilkinson se découvre tout en coin et recoin. Pourtant, loin d’être étouffant l’espace se construit autour des courbes qui deviennent alors à la fois structure et décoration de l’espace.

Autre lieu autre décor, on quitte ici les formes organiques pour arriver à des espaces bien plus géométriques. Le décor industriel aurait pu être froid si l’ensemble n’avait pas utilisé des couleurs et le contraste entre blanc uniforme et couleur peps. Cette caractéristique de Clive Wilkinson se retrouve (à quelques exceptions près) dans l’ensemble de son travail, utilisant parfois le bois pour des espaces plus intimistes.

cw-2 national-design-awards-interior-design-finalist-clive-wilkinson-architects

08_1403B_02B_4

Andrée Putmann

«  Les effets de la pierre et de la lumière, la richesse et la diversité de la non-couleur » c’est ainsi que Andrée Putman, une architecte d’intérieur française, décrit son travail. Une esthétique simple et épurée, dans des tons naturels, distingue toute son œuvre. Sa création prend sa source dans l’essentiel, la structure et les éléments basiques qui composent les objets.

On remarque cette trame dans l’ensemble de son parcours, que ce soit dans les lieux publics, les restaurants ou les hôtels ; les mêmes tonalités simples, la même absence d’ornements distinguent cette créatrice. Souvent considéré comme froid par le choix de ses tons et de ses matières Andrée Putman nous offre pourtant des espaces paisibles, permettant la solitude et le calme, plus proche de la vie d’ascète que du minimalisme.

andree-putman-morgan01 Capture

Ryue Nishizawa

Reconnu pour son architecture simple et ses mises en place fluide, Ryue Nishizawa est peut présenter pour ses créations d’intérieurs. Pourtant, cette simplicité parfois enfantine crée des espaces qui invitent à la méditation. La blancheur des murs contraste avec des motifs et des fleurs mises en évidence colorant doucement l’espace. Rien d’envahissant ou de lourd chez Nishizawa. Les murs disparaissent laissant place à des parois de verre cachées aux yeux des passants par la végétation.

001 002 003

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s