Compact life : Une nouvelle perception de la richesse

À une époque saturée de richesse matérielle

Concepteur de produit internationalement acclamé, Naoto Fukasawa a participé au développement de nombreux produits et à une variété de projets depuis 2002 en tant que membre du conseil consultatif de MUJI.

Fukasawa est connu pour des modèles qui intègrent juste ce qu’il faut de fonctionnel avec une forme absolument minimale. Il prend en compte non seulement la relation entre le comportement et l’objet mais il s’implique aussi dans l’observation de l’espace dans lequel la relation prend forme. C’est dans ce processus que ses produits, avec un tatazumai (la présence d’un objet) simple et minimaliste, sont nés.

Comment Fukasawa voit-il le concept Compact Life proposé par MUJI ? «Le concept de la marque MUJI est arrivé à une période où l’économie japonaise connaissait une croissance rapide et les gens profitaient de la richesse matérielle. Donc, dans le concept d’origine, il y avait un élément solide qui était d’avoir ses besoins journaliers déjà satisfaits.

C’était une attitude générée par le fait que les gens étaient saturés de richesse matérielle, et dans ce sens, [le concept de Compact Life] montre un retour vers nos origines. En même temps, je pense que le concept a saisi avec justesse la direction vers laquelle se dirige aujourd’hui notre société.»

Rangement comme murs, fonction comme extension du corps

L’environnement dans lequel nous vivons s’est progressivement modifié avec des maisons et des appareils ménagers qui ont évolué et le développement des technologies de l’information. Fukasawa évalue ces changements en termes de «murs et corps». Il dit que la plupart des outils que nous utilisons chaque jour sans penser ont tendance à évoluer comme des extensions soit de nos murs, soit de nos propres corps. Il explique : «L’exemple le plus clair de ceci est la télévision. Les vieux téléviseurs étaient des ensembles à tube cathodique, qui prenaient beaucoup de place. Ils ont évolué pour devenir des affichages à cristaux liquides avec des écrans très fins et les téléviseurs peuvent maintenant être intégrés dans les murs où on peut les suspendre.

D’un autre côté, nous pouvons aussi maintenant regarder des vidéos sur des smartphones de la taille d’une main et des tablettes.
Ces derniers sont des exemples d’objets qui ont évolué pour devenir des extensions de nos corps.»
Regarder nos espaces de vie aujourd’hui en ces termes apporte un éclairage sur la manière dont de nombreux objets correspondent à cette description — l’air conditionné et les éléments lumineux intégrés dans les plafonds, les appareils de cuisine hébergés dans des placards muraux.

«Nous nous dirigeons de façon progressive vers un monde dans lequel chaque forme disparaîtra et où seule la fonction restera. Les choses continueront à avancer dans ce sens. Par conséquent, il devrait être possible dans le futur de vivre sans aucun objet matériel. Cependant, plus nous donnons la priorité à la fonction et à l’efficacité, plus nous perdons de richesse. Et à ce stade, nous trouvons des objets dont la présence ne peut pas être comprise comme des extensions d’un mur ou de nos corps.»

Fukasawa dit que lorsqu’il concevait par le passé des produits pour des fabricants en Europe et en Amérique du Nord, il appréciait leur approche dans laquelle la conception était discutée pour chaque détail en profondeur — pas seulement la conception d’une partie spécifique d’un meuble. Si c’était une table, qu’est-ce qui pourrait s’asseoir avec elle ?

S’il s’agissait d’étagères, quelle sorte de livres porteraient-elles et comment seraient-ils placés ? Cet intérêt particulier semble voir la conception d’un produit comme un aspect d’une conception d’ambiance — la conception de mobilier comme une partie du processus de la conception de l’espace dans son ensemble.

À propos de la conception d’ambiance

«J’ai récemment transformé le placard dans ma maison.
Au cours du processus, j’ai regardé avec attention chaque veste que je voulais y suspende. J’ai sélectionné seulement les meilleures vestes et celles que j’aime porter.
J’ai seulement gardé environ la moitié de celles que je possédais, et ceci m’a donné beaucoup plus de place — environ 10 centimètres entre les cintres. Au premier coup d’œil, on n’a pas l’impression qu’il existe quelque chose entre mes vestes mais de fait, il y a de l’espace vide ; il est là. En ajoutant cet espace vide, j’ai repensé la façon dont le placard fonctionne dans son ensemble, y compris cet espace invisible qui est pourtant un flux très réel.»

Une vie bien conçue n’est pas simplement une question de quelques possessions ou d’organisation des choses et de leur bon rangement. Ce qui est important est d’identifier pour soi ces objets dont la présence ne peut pas être comprise comme des extensions d’un mur ou de nos corps et d’amener ces objets dans le fonctionnement de nos vies de tous les jours. Par exemple, attirer l’attention sur la beauté du vide d’un espace particulier sur une étagère en y plaçant une pierre trouvée lors d’un voyage ou bien un objet créé par un maître-artisan, là-bas. Le musée de l’artisanat populaire du Japon, où Fukasawa a été directeur, est certainement une excellente ressource à cet égard.

«Les objets qui sont totalement ordinaires mais qui vieillissent exactement comme il faut nous captivent. Cela arrive, n’est-ce pas ? Ces objets ont une richesse qui est l’exact opposé de la richesse matérielle et peut-être que c’est la raison pour laquelle ils sont si captivants. Comme les éléments de notre vie quotidienne se développent pour être des extensions soit de notre mur, soit de nos corps, l’idée de Compact Life décrit un style d’espaces englobants qui se font ressentir comme des parts de luxe.»

 

Naoto FukasawaLe concepteur de produit Naoto Fukasawa est né au Japon, dans la préfecture Yamanashi en 1956. Il a été diplômé de l’Université Tama Art en 1980 et a rejoint le cabinet de consultant en design IDEO (San Francisco) en 1989.
Fukasawa a monté la filiale d’IDEO au Japon en 1996 et plus tard a fondé Naoto Fukasawa Design en 2003. Il est l’auteur de An Outline of Design, entre autres livres. Il a reçu de nombreux prix,
y compris le Gold Award américain IDEA, le Gold Award allemand if, le Gold Award britanniqueD&AD et le Mainchi Design Award. Fukasawa est membre du conseil consultatif MUJI, enseigne au département de design intégré à l’université Tama Art, et exerce la fonction de directeur au musée des arts populaires du Japon.
Article paru sur : http://muji.lu/1VTxaPs
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s